Dans le ciel

Dans le ciel

 

Le haut passe le bas reste.

Le haut vole le bas marche.

Les avions et ce qui les suit derrière

Cette étendue visible

longue et épaisse

Elle est immanquable.

 

Avec le soleil, l’avion peut ensuite cligner de l’œil, prendre vie.

Le bas, impossible, reste et demeure. Il se repose, à défaut de mieux.

Les coteaux les forêts les murs en pierres sèches.

 

 

Le haut passe

sans cesse.

Je ne sais pas pourquoi.

Le bas raconte une légende à propos du haut

« Le haut ne peut s’arrêter. Il ne peut pas. C’est un passant éternel. »

Survolant, ce dernier voit défiler l’autre monde.

des bas, les uns après les autres,

immuables à tour de rôle

figés sur des photos aériennes et des récits d’anciens.

 

Le haut a une légende à propos du bas

« Le bas ne change pas. Jamais de chez jamais. »

Peur s’installe en haut. Admiration en bas.

Peur de tomber. Envie de voler.

Mais le haut sait aussi admirer.

Le haut admire le travail de forcené du paysan, du restaurant, du physicien d’en bas.

 

L’escale. Le foyer. Ce sont des mots rayés du vocabulaire d’’en haut.

En bas, c’est plus terre-à-terre. Le lit, le confort de l’âtre, et le bricolage.

 

Un ballon passe.

 

Tiens, te voilà.

Mais tu peux pas comprendre tout ça, parce que tu es un bébé.

C’est pas grave, de toute façon ça sert à rien.

Mieux vaut pleurer, manger, faire caca, rire sauvagement, et dormir. Puis rêver. Comme moi.

Tu vois, on fait pareil !

N’empêche que tu me sauves bien

Avec ton caractère.

Petit ange.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s